7 septembre

(5 références)

 

Ste Reine (IIIème siècle)

icône contemporaine

En 252, une jeune gauloise nommée Reine, convertie au christianisme, faisait paître ses moutons au pied du mont Auxois. Le gouverneur romain des Gaules Olibius voulut abuser d'elle, mais elle lui resista et refusa même le mariage pour ne pas abjurer sa foi. Elle fut martyrisée et décapitée.

Dés le siècle suivant un culte se développa, qui a pu être confirmé par la découverte en 1909 d'un "service eucharistique" à son nom daté du IVème siècle. La patène est ornée de la gravure d'un poisson et du nom de "Regina". Un village, Alise-Sainte-Reine se construisit sur les lieux, et la prit pour Sainte patronne.

St Sozon (+304)

icône contemporaine

Originaire de Lycaonie (Asie Mineure), il vécut sous le régne de Dioclétien.
Berger en Cilicie, il aurait arraché la main en or d'une idole, pendant une fête païenne et en aurait distribué les morceaux aux pauvres. Il fut brûlé vif à Pompéiopolis en Cilicie.



Ste Carissime (VIème siècle)

 

Née à Albi en France, elle se retire comme ermite dans une forêt près de sa ville. Elle ira vivre, quelques années plus tard, dans le monastère de Viants, près de Gaillac.
Une chapelle située dans la plaine d'Albi, sur la rive gauche du Tarn, face à Castelnau-de-Lévis, a longtemps perpétué son souvenir, là où existe encore aujourd'hui un lieu-dit portant le nom de Sainte-Carême, sur la paroisse de Fonlabour. Sous l'Ancien Régime, plusieurs familles d'Albi y avaient leur tombeau. On peut selon toute vraisemblance y situer le lieu de sa sépulture et sans doute même celui où elle a vécu dans la solitude.
Une charte de 861 mentionne ses restes à Vieux. Ils ont dû y être apportés, comme ceux de saint Amarand et saint Eugène avec lesquels ils ont été placés à la cathédrale en 1494.

St Cloud (520-560)

icône contemporaine

Clovis, en mourant, avait laissé trois fils : Clodomir, roi d'Orléans; Childebert, roi de Paris (+ 558) ; Clotaire, roi de Soissons (+ 561). Quand, en 524, Clodomir périt en combattant les Burgondes, ses trois enfants mâles furent confiés à Ste Clotilde, leur grand-mère. Les deux aînés avaient respectivement dix et sept ans ; le cadet, Clodoald (Cloud) en avait cinq à peine. On rapporte que Childebert et Clotaire envoyèrent alors dire à Clotilde : " Qu'est-ce que tu préfères : les voir tondus ou les voir morts? " En d'autres mots : " Conduis-les au couvent, si tu ne veux pas qu'ils disparaissent. " Ils tinrent parole; Clotilde n'ayant pas cédé à leurs menaces, ils firent poignarder les deux aînés, s'ils ne s'en chargèrent eux-mêmes ; et ils se partagèrent leur héritage. " Clodoald avait échappé, écrit Grégoire de Tours, grâce à l'intervention de quelques hommes courageux, qui allèrent cacher l'enfant dans un monastère. Plus tard, lui-même s'y coupa volontairement les cheveux pour marquer qu'il renonçait à régner. " On connaît la suite. Fuyant des lieux qui lui rappelaient de si horribles souvenirs, Clotilde quitta Paris et alla terminer ses jours à Tours, la ville sainte de la Gaule, près du tombeau de saint Martin. Quant à Clodoald, Grégoire de Tours dit simplement " qu'il devint clerc, passa sa vie dans la pratique des bonnes oéuvres, et qu'il mourut prêtre ". N'ayant plus rien à craindre de ses oncles que son état religieux rassurait, il revint habiter dans la région parisienne, à Novigentum (Nogent), qui, deux siècles plus tard, fut appelé Saint-Cloud.

Ste Cassiane (IXème siècle)

fresque contemporaine

Elle naquit entre 805 et 810 à Constantinople dans une famille riche et passe pour avoir été exceptionnellement belle et intelligente. Elle reçut une brillante éducation à la cour. Plusieurs chroniqueurs byzantins, dont Syméon Métaphraste, rapportent qu'elle participa au concours de beauté organisé pour le jeune empereur Théophile par sa belle-mère, l'impératrice, Euphrosyne. Frappé par la beauté de Cassienne, l'empereur lui dit en se référant au péché originel et à Ève : " De la femme, le pire ". À quoi Cassienne répondit en pensant au Christ né de la Vierge Marie : « Et de la femme, le meilleur »

Blessé dans sa fierté, l’empereur iconoclaste lui préféra Théodora comme épouse. Ce choix a satisfait Cassienne qui voulait devenir moniale. On reparle de Cassienne en 843 quand elle fonda un monastère à l'ouest de Constantinople et en devint la première higoumène. Elle y composa de nombreuses hymnes.

jour précédent jour suivant